Indicateur du problème

Le problème des détenus dans les prisons du Cameroun doit constituer une préoccupation majeure, autant pour le gouvernement que pour la société civile. La privation de liberté en général et plus encore celle des mineurs devrait avoir lieu dans des conditions matérielles et morales qui assurent l’intégrité et la dignité de la personne.

En théorie, le Cameroun dispose d’un arsenal juridique adapté à la prise en charge de l’enfant marginalisé et en conflit avec la loi, lequel permettrait, s’il était mis en œuvre, de combler les besoins en matière de tutelle, de surveillance, d’assistance éducative des mineurs (décret du 30 novembre 1928 instituant les juridictions spéciales et le régime de la liberté surveillée pour les mineurs, ou bien encore les ordonnances du 2 février 1945 et du 23 décembre 1958 relatives respectivement à l’enfance délinquante ainsi qu’à la protection de l’enfance et de l’adolescence en danger).

La première composante du projet « Encadrement pédagogique »

  • Action :

 Elle visera à toujours développer l’assistance scolaire commencée pendant la période probatoire. Les activités envisagées dans cette composante concernent à la fois l’amélioration des infrastructures scolaires existantes comme dans le cas de la Prison Centrale de Yaoundé, leur aménagement dans les nouvelles prisons que EMINED prendra en charge à travers le territoire national. Cet engagement se traduira sur le terrain par la fourniture du matériel didactique et la présentation des jeunes candidats compétents aux divers examens officiels.

La deuxième composante du projet : « Assistance judiciaire »

  • Action :

Elle a pour objectif de fournir aux mineurs des conseils juridiques s’ils n’en ont pas, ce qui est souvent le cas, hélas ! EMINED dispose à cet effet d’un cabinet avocats sous convention avec l’ONG, chargés du suivi, de l’accélération des procédures judiciaires et de la garantie aux mineurs des procès équitables et rapides. Les années nous ont conforté dans l’idée que l’action judiciaire est essentielle et mérite un développement important pour les années à venir. Car les lenteurs au début des procès, les longues détentions préventives et les multiples renvois sont des mesures graves en conflit avec la présomption d’innocence qui couvre en principe les prévenus.

La troisième composante du projet « Assistance médico-sanitaire et alimentaire »

 Action :

Elle vise à apporter aux mineurs un minimum de garantie pour leur santé. A cet effet, EMINED continuera comme par le passé à développer son partenariat avec les Sœurs de la Congrégation de la Présentation qui officient à l’infirmerie de la Prison Centrale de Yaoundé et le corps médical de cet établissement.

EMINED organisera des visites médicales mensuelles dans les quartiers des mineurs par un personnel médical spécialisé extérieur.

La quatrième composante du projet « Promotion des droits humains »

  • Action :

Elle vise à sensibiliser autant les jeunes détenus que le personnel pénitentiaire au respect des droits humains.

  • Stratégies:

L’action s’articulera autour de deux points :

  • Leçons de droits humains, de civisme et de morale :

En accord avec l’Administration des prisons concernées, EMINED continuera à organiser des leçons de droits de l’homme, afin de familiariser les jeunes détenus et au besoin le personnel pénitentiaire qui l’encadre au respect des droits humains.

La cinquième composante « Préparation à la réinsertion sociale des jeunes détenus »

  • Action :

D’une importance capitale, elle a pour objectif de favoriser la préparation à la réinsertion par le maintien de l’habitude gestuelle du travail ou l’acquisition d’une formation professionnelle. D’autre part, elle vise à promouvoir des objectifs d’intérêt économique visant à développer chez les jeunes l’auto emploi à leur sortie de prison. EMINED continuera à promouvoir ce domaine important de son action, sans lequel toutes les autres actions qui précèdent sont vaines. Il s’agit de donner une deuxième chance à des personnes, qui plus sont jeunes, et qui n’ont parfois commis que des délits mineurs.

CADRE INSTITUTIONNEL

Le projet dans son ensemble sera exécuté par EMINED. La mise en œuvre des activités se fera en partenariat avec des personnes privées et des organismes étrangers voire camerounais présents et futurs disposés à soutenir l’œuvre.

La réalisation des différentes composantes du projet au plan conceptuel, technique et administratif sera dirigée par l’Administrateur directeur de EMINED qui, outre les organes financiers intérieurs et extérieurs, est entouré d’une équipe chargée de soutenir son action.

Recherche

Login Form

Aller au haut

background_mur